Errazuriz, l’empreinte du changement

logo-ErrazurizJ’ai récemment eu l’occasion de rencontrer Francisco Baettig, directeur technique de la maison Errazuriz au Chili. J’ai passé en sa compagnie un moment privilégié qui m’a transporté pour une heure et demie en plein coeur de la vallée de l’Aconcagua, fief de cette maison fondée en 1870 par Don Maximiano.

Est-ce que je m’attendais à une grande dégustation? Non. Est-ce que je suis ressorti de là charmé et surpris par la qualité des vins? Oui. C’est qu’il y a chez Francisco Baettig  une véritable volonté de produire des vins qui portent les caractéristiques de leur terroir. Tranquillement et avec beaucoup de flegme, cet homme redéfinit le style Errazuriz, sans jamais oublier que cette grande maison chilienne était là bien avant lui.

En dégustant les douze cuvées présentées pour l’occasion et en discutant avec Francisco Baettig, j’ai réalisé que le Chili  a tout intérêt à mettre de l’avant ses terroirs et à définir un système d’appellation digne de ce nom. Actuellement, celui-ci n’a pas grand chose à offrir si ce n’est une notion géographique imposée de façon administrative.

Pour avoir un bon avis sur la question, il faut comparer la Syrah Max Reserva 2010 et la Syrah Single Vineyard 2011,  toutes deux produites dans la vallée de l’Aconcagua. Bien que l’élevage diffère un peu (plus de présence de bois neuf sur la cuvée Max Reserva), la vinification reste en grande partie identique. Pourtant, dans le verre la différence est flagrante.

La cuvée Max Reserva offre un profil chaleureux qui rejoindra l’amateur de Syrah enveloppante aux notes chocolatées. La cuvée Single Vineyard procure quant à elle une sensation de fraîcheur et une trame aromatique plus florale accompagnée de tanins tissés serrés.

photo
En compagnie de Francesco Baettig

L’explication est simple. Les vignes de la cuvée Single Vineyard flirtent avec l’océan, bénéficiant ainsi d’un cycle végétatif plus long et d’une fraîcheur caractéristique des vignobles des zones côtières. À l’inverse, les vignobles de la cuvée Max Reserva sont plantés en grande partie dans les plaines centrales du pays. De ce fait, ils emmagasinent davantage de chaleur et mûrissent plus vite.

Jusqu’à présent, peu de gens au Chili faisaient la différence entre ces zones de l’Aconcagua, se limitant souvent à faire de bons assemblages pour trouver le meilleur équilibre possible. Il y a pourtant tellement plus à offrir. Francisco Baettig l’a bien compris. Reste à savoir si tout le monde abondera dans le même sens…

Quoi qu’il en soit, le changement opère, et depuis peu, l’appellation Aconcagua Costa est revendiquée à l’intérieur même de la délimitation administrative Aconcagua.

Espérons que le Chili au grand complet embarquera dans cette dynamique de valorisation des terroirs. Le consommateur pourra alors explorer plus en profondeur la diversité des vins de ce pays parfois mal considéré.

Chili, Syrah Max Reserva 2011, Vina Errazuriz (SAQ 00864678 – 18,95$)
 
Chili, Syrah Single Vineyard 2011, Vina Errazuriz (SAQ 11840734 – 26,20$)